France Bleu : visite à la prison ouverte de Mauzac (Dordogne)

Pour le reportage original sur ma visite à Mauzac, cliquer ici : https://www.francebleu.fr/infos/societe/la-presidente-de-la-commission-des-lois-a-la-prison-de-mauzac-1527282788

Dordogne : la présidente de la commission des lois à la prison de Mauzac

samedi 26 mai 2018 à 5:38 Par Willy Moreau, France Bleu Périgord

Yaël Braun-Pivet, la présidente de la commission des lois à l’Assemblée nationale a visité le centre de détention de Mauzac ce vendredi. L’établissement est l’un des seuls en France à n’avoir pas de murs d’enceinte.

La directrice du centre de détention de Mauzac, Caroline San-Nicolas (à droite) guide la députée Yaël Braun-Pivet La directrice du centre de détention de Mauzac, Caroline San-Nicolas (à droite) guide la députée Yaël Braun-Pivet © Radio France – Willy Moreau

 

Le centre de détention de Mauzac est-il un modèle en France ? La députée des Yvelines, Yaël Braun-Pivet, présidente LREM de la commissions des lois à l’Assemblée nationale, a visité la structure ce vendredi. Elle souhaite élargir dans le pays ce type d’établissements pénitentiaires où les détenus peuvent circuler librement.

3.000 places en vue ?

C’est un carnet et un stylo à la main que l’élue s’approche de l’enceinte protégée par des grillages et surmontée de miradors. Les grilles passées, l’ambiance est moins austère. Vingt-et-un pavillons de douze cellules entourent une place. “Ce sont des immeubles jaunes typiquement périgourdins”, commente Caroline San-Nicolas, la directrice de l’établissement.

Certains détenus jouent à la pétanque, d’autres s’adonnent à la peinture. Chacun est libre d’aller et venir dans les divers ateliers mis à leur disposition. Augustin, bientôt quarante années passées derrière les barreaux, s’occupe de son jardin : “Avant c’était un désert, maintenant c’est le paradis. Un oasis !”

L'établissement permet aux détenus de se déplacer librement en journée. - Radio FranceL’établissement permet aux détenus de se déplacer librement en journée. © Radio France – Willy Moreau

Éclats de rire de la députée devant les fraises et les framboisiers. L’ambiance est pourtant loin d’être bucolique : “Cela reste une prison, martèle Yaël Braun-Pivet. Il y a des barbelés en hauteur qui empêchent physiquement de sortir mais le dispositif est moins lourd que dans certains autres établissements”.

De certaines fenêtres, entourées de barreaux, les détenus peuvent apercevoir la campagne de Mauzac. La vue dégagée apaise les détenus mais aussi les surveillants pénitentiaires comme cette dame qui a passé plusieurs années à la prison de Fleury-Mérogis : “Ici c’est beaucoup mieux. Ils ne se pensent pas en prison et donc ils sont calmes”.

Le centre de détention de Mauzac propose également des formations professionnelles - Radio FranceLe centre de détention de Mauzac propose également des formations professionnelles © Radio France – Willy Moreau

L’établissement peut se targuer de connaître des dégradations à la marge. Le but de cette structure est de responsabiliser les détenus et par extension, leur réinsertion dans la société. La députée plaide donc en faveur d’ouvrir d’ici la fin du quinquennat 3.000 places de prison dans ce type de structures.

“Cela coûte moins cher en plus puisque le dispositif est moins lourd” assure-t-elle.

L’établissement de Mauzac propose également des formations en horticulture ou en ébénisterie. Au total, 329 détenus peuvent être accueillis sur le site périgourdin.

 

Pas de commentaires

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour le moment.