Le billet de la semaine du 26 au 30 novembre 2018

La casse et la violence dont Paris et d’autres villes en France ont été les témoins hier sont inadmissibles. Rien ne justifiera jamais que nos forces de l’ordre soient attaquées, nos biens publics et nos symboles républicains dégradés. Je condamne fermement ces actes et tiens à rendre un hommage appuyé à nos policiers, nos gendarmes et nos pompiers pour leur professionnalisme malgré des conditions extrêmement difficiles.

Mais au-delà des casseurs et des extrémistes qui ne servent aucune cause, nous ne pouvons ignorer que la mobilisation des « gilets jaunes » traduit une colère profonde, un malaise social présent dans notre pays depuis plusieurs décennies. Elle n’est pas le produit circonstanciel de la hausse des taxes sur le carburant : elle se nourrit de frustrations et de ressentiments accumulés pendant des années vis-à-vis de la classe politique et de l’action publique. Derrière cette colère, il y a également des situations personnelles complexes et difficiles, des inquiétudes et des incompréhensions : ai-je droit à telle ou telle aide ? A une formation ? Quel avenir pour mes enfants ? Pourquoi ne suis-je pas écouté ? J’en retiens trois leçons :

1. Transformons en profondeur !  

Nous ne pouvons pas nous contenter de traiter les symptômes : il nous faut nous attaquer aux causes profondes des mécontentements qui s’expriment aujourd’hui. Trop de décisions ont été constamment repoussées par le passé : nous en voyons aujourd’hui le résultat. Si demain, nous souhaitons un résultat différent, nous ne pouvons pas nous contenter de réponses circonstancielles, ou revenir en arrière.

Nous nous devons de continuer à préparer l’avenir. En mettant l’accent sur la jeunesse, l’éducation, la formation professionnelle, le travail et la protection des plus vulnérables, c’est ce que nous faisons. Nous créons les conditions d’une société plus juste et équitable, qui donne sa chance à chacun.

2. Dialoguons avec les Français!

Nous devons apporter de nouvelles réponses et nous devons les élaborer collectivement avec les citoyens, les corps intermédiaires et les élus, sur l’ensemble du territoire. C’est le changement de méthode annoncé cette semaine par le Président de la République, et je suis convaincue qu’il était indispensable. C’est une méthode dans laquelle je crois. C’est pour cela que je fais régulièrement des réunions publiques dans chacune des villes de ma circonscription et que je pars systématiquement du terrain dans mon travail à l’Assemblée. Les Français sont en attente d’une plus grande participation citoyenne, de solutions et d’un accompagnement qui répondent mieux à leurs besoins. C’est pour cela qu’il nous faut consulter, dialoguer, rassembler. Ces nouvelles solutions, nous les construirons ensemble !

La révision constitutionnelle, dont nous reprendrons l’examen en janvier, me semble aussi être une opportunité exceptionnelle pour y parvenir. En juillet dernier, j’ai proposé la transformation du CESE en Forum de la République, véritable espace de dialogue et d’expression citoyenne, d’écoute et de débat. Mais nous pouvons sans doute faire plus pour réinventer le lien entre les élus et citoyens et permettre l’émergence d’une nouvelle vitalité démocratique sur l’ensemble du territoire français. Ne laissons pas passer cette chance !

3.  Renforçons l’accès aux droits !

Une société plus juste, c’est une société dans laquelle chacun connait ses droits et est en mesure d’y accéder facilement, une société dans laquelle chacun est accompagné pour trouver sa place.

Je l’avais constaté lorsque je travaillais aux Restos du Cœur en faveur de l’accès aux droits et à la justice des plus démunis, et je le constate encore aujourd’hui chez de nombreux gilets jaunes : beaucoup de Français manquent d’informations sur les aides existantes, sur la possibilité pour eux d’y prétendre et sur les démarches à suivre pour y arriver. Certains ne savent pas à quelle porte frapper, d’autres ont déjà eu des difficultés avec l’administration et n’osent plus essayer. D’autres encore vivent trop éloignés des services publics pour pouvoir accomplir leurs démarches. Cela se traduit par des taux de non-recours élevés. 36% des personnes qui ont par exemple droit au RSA n’effectuent pas les démarches pour le percevoir. De même pour 21 à 34% des personnes éligibles à la CMU. Chaque année, ce sont des centaines de milliers de Français qui ne bénéficient pas des aides auxquelles ils auraient droit !

Depuis le début du quinquennat, nous avons augmenté l’allocation adulte handicapé, le RSA, le minimum vieillesse, la prime d’activité, pour mieux protéger les plus vulnérables. Mais pour que ces aides atteignent pleinement leur objectif, il faut que les Français dans le besoin y aient effectivement recours.

Il est donc indispensable de favoriser un accompagnement individuel des citoyens et de travailler à une simplification des procédures. Il existe déjà des dispositifs afin de permettre à chacun de mieux accéder à ses droits. Je pense notamment aux 1150 maisons de services publics : elles regroupent en un lieu unique de nombreux opérateurs de services publics nationaux (Pôle emploi, CAF, Cnam, la Poste, GRDF…) pour répondre aux besoins des citoyens éloignés des administrations. Il existe également des points d’accès au droit qui accueillent gratuitement les personnes rencontrant un problème juridique ou administratif. Il faut aussi saluer le travail remarquable des assistantes sociales partout en France. Mais je suis persuadée que nous pouvons et que nous devons faire mieux encore, en renforçant et en étendant les dispositifs existants, pour que personne ne soit laissé de côté !

 

 

Mission d’étude en Israël dans le cadre du groupe d’amitié France-Israël :

  • Introduction à l’histoire et à la politique israélienne, discussion avec le Dr. Denis  Charbit, Maître de conférences en sciences politiques, Université ouverte d’Israël
  • Immigration et intégration en Israël, visite de l’école Bialik-Rogozin et rencontre avec Eli Nehama, principal, et les étudiants

 

 

  • La résilience civile en cas de situations d’urgences, déjeuner avec Col. Dr. Chilik Soffer, ancien Directeur du département de la défense civile, Israel Defense Forces Home Front Command
  • Israël comme une nation de «Start-up», rencontre avec Oren Simanian, conseiller principal innovation stratégique, PDR, oTWOi
  • Visite du Vieux Jaffa

 


Mission d’étude en Israël dans le cadre du groupe d’amitié France-Israël :

  • La communauté arabo-israélienne, discussion avec le Dr. Mohammad Darawshe, directeur, Centre pour l’égalité et la société partagée, Institut pédagogique Givat Haviva, et Aiman Saif, ancien directeur de l’Autorité pour le développement économique des secteurs des minorités, Cabinet du Premier ministre
  • Comprendre les frontières nord d’Israël, aperçu de la frontière syrienne et briefing avec leLieutenant Colonel Sarit Zehavi, Fondateur et PDG, Alma, au Mont Bental
  • Les défis sécuritaires et civils, avec David Benjamin, Directeur-Fondateur, « Security and International Law Specialists »
  • Rencontre avec les Marcheurs français de Israël En Marche

 


Mission d’étude en Israël dans le cadre du groupe d’amitié France-Israël :

  • Visite de la Knesset (Parlement israélien)

 

 

  • Rencontre avec le Ministre de l’Energie

 


Assemblée nationale :

  • Rendez-vous avec Monsieur Olivier Delloye, Directeur général de France Galop

 

 

  • Séance publique : examen de la proposition de loi relative à l’interdiction des violences éducatives ordinaires et de la proposition de loi relative à l’amélioration de la trésorerie des associations

 


Circonscription :

  • Visite du centre d’hébergement et de réinsertion sociale La Maison Verte (Armée du Salut) à Saint Germain en Laye

 

 

  • Visite au gymnase des Merlettes au Vésinet, réquisitionné par le Préfet pour accueillir des réfugiés tibétains

 

 

Assemblée nationale :

  • Rentrée solennelle du Barreau de Paris

 

 


J’ai le plaisir de vous convier à ma prochaine réunion publique le :

Jeudi 13 décembre 2018 à 20h

Salle Félicien Lesage
1, rue Félicien Lesage – MONTESSON

Pas de commentaires

Poster un commentaire