S’abstenir de s’abstenir !

 

S’abstenir de s’abstenir !

 

 

Quand l’abstention gagne, la démocratie perd. Lors du premier tour des élections régionales, seuls 32% des électeurs sont allés voter : c’est moins d’un sur trois. Deux catégories de la population se sont particulièrement abstenues : les jeunes et les habitants des quartiers populaires. Dans les 10 villes les plus pauvres du pays, l’abstention a oscillé entre 78,65% (à Saint-Denis) et 87,98% (à Clichy-sous-Bois).  87% des jeunes de 18 à 24 ans n’ont pas voté. Ce manque de suffrage fragilise notre démocratie.

Quand notre démocratie manque de voix, il faut plus que jamais écouter la voix des citoyens. Plutôt que d’engueuler les électeurs comme l’a fait Marine Le Pen, nous devons les écouter et entendre leur colère, leur indifférence, leurs raisons. Nous devons les comprendre pour mieux les convaincre. En effet, nous sommes collectivement responsables de n’avoir pas réussi à réenchanter la politique.

Alors, pourquoi plus de deux tiers d’entre nous ne sont-ils pas allés voter ? Il existe différentes formes d’abstention et d’abstentionnistes. Nous pouvons nous abstenir par contestation en expliquant : “Si je ne vote pas, c’est un acte politique, une stratégie de rupture, de délégitimation des élus et de refus de notre régime politique tel qu’il est construit.” Nous pouvons ne pas voter par indifférence : “Si je ne vote pas, c’est que je me sens dépolitisé, étranger à la perspective d’élire qui que ce soit, j’ai le sentiment que les autorités politiques m’ont délaissé, je ne m’intéresse pas plus à elles que celles-ci semblent s’intéresser à moi.” Nous pouvons ne pas nous rendre aux urnes par méconnaissance : “J’aimerais bien voter, mais je ne connais ni l’enjeu des élections, ni parfois même leur date, ni d’ailleurs non plus les candidats et leur programme, alors je préfère m’abstenir, pour ne pas voter n’importe comment”. Nous pouvons ne pas choisir de bulletin pour des raisons techniques : “ Je souhaite résolument voter, seulement j’ai perdu ma carte électorale, j’ai déménagé, je ne me suis pas inscrit sur les listes électorales, je suis allé fêter la fête des pères le dimanche des élections et je n’ai pas eu le temps de faire une procuration”.

Chacune de ces formes d’abstention est compréhensible, chacun de ces abstentionnistes mérite le respect. Après tout, chacun est libre de ne pas voter. Notre rôle est donc de lutter contre l’abstention en s’attaquant à ses racines et en emportant l’adhésion et l’intérêt des électeurs.

 

Mes propositions pour lutter contre l’abstention

 

Pour ce faire, nous devons d’abord simplifier et clarifier notre vie démocratique en améliorant les modalités de vote.

C’est pourquoi, dans un premier temps, j’appelle à la tenue d’un débat citoyen pour réfléchir collectivement aux moyens d’intéresser chaque citoyen aux élections qui ponctuent la vie démocratique. Faut-il reconnaître le vote blanc ? Dématérialiser la carte électorale ? Rendre possible le vote à distance, par internet ? Le vote par correspondance ? Devons-nous rendre le vote obligatoire ? Répondons ensemble à l’ensemble de ces questions, à l’occasion d’un grand débat. Vous avez déjà des propositions ? Envoyez-les moi par message privé sur ma page facebook : https://www.facebook.com/yaelBraunPivet/.

Dans un second temps, je propose de réduire le nombre de scrutins en créant le conseiller territorial, appelé à siéger à la fois au conseil départemental et au conseil régional. L’élection unique des conseillers territoriaux remplacerait la double élection des conseillers régionaux et départementaux.  Cette réforme permettrait en outre d’améliorer la coordination des politiques conduites par le département et la région, de clarifier leurs compétences et leurs interventions et d’organiser leur complémentarité.

Suite à cela, je propose de regrouper la tenue des élections en organisant le même jour la présidentielle et les législatives d’une part et l’élection des conseillers territoriaux et les municipales d’autre part. Cette simplification judicieuse du calendrier électoral permettrait de créer deux grands rendez-vous de la vie démocratique : un temps fort national et un temps fort local. Cela aurait pour principe de combattre fortement l’abstention. Les élections avec le plus fort taux de participation, la présidentielle (78% en 2016) et les municipales (36% en 2014), auraient lieu au même moment que celles où l’abstention est plus élevée, ce qui augmenterait mécaniquement, par effet de nivellement par le haut, le nombre des électeurs qui participeront au scrutin des élections les plus délaissées.

Il serait en parallèle pertinent de rendre automatique la réinscription sur les listes électorales suite à un déménagement.

Enfin, nous devons lutter plus en profondeur contre l’abstention en renforçant la confiance dans les institutions, la participation citoyenne ainsi que l’information et l’éducation des citoyens.

 

Former les citoyens de demain, c’est l’un de mes engagements

 

Favoriser l’information et l’éducation des citoyens pour les intéresser à la politique, c’est ce que je m’emploie à faire dans ma circonscription. Faire vivre les valeurs de notre République, rapprocher les citoyens de leurs institutions : ces missions sont au cœur de mon engagement. C’est pourquoi, depuis 4 ans, j’ai rencontré plus de 2100 élèves et visité plus de 50 établissements scolaires. J’interviens devant ces citoyens de demain, dans des écoles primaires comme dans des lycées, afin d’essayer de les intéresser à la chose publique, de les éclairer sur ce qu’est la mission d’un élu et de leur expliquer le fonctionnement de nos institutions. Je souhaite faire comprendre à nos enfants les devoirs qui nous incombent, en tant que citoyens. Pour ce faire, j’organise avec eux des simulations de débats parlementaires dans lesquelles les enfants font la loi, au sens propre. Ce qui est d’ailleurs toujours l’occasion de très beaux moments de partage. J’espère que plus tard, nous aurons su collectivement leur donner envie de participer à la vie de la cité, de se présenter au suffrage et de voter.

En attendant que vienne le tour de nos enfants, le nôtre arrive dimanche. Ensemble, faisons gagner la démocratie, votons !

 

Dans la presse

 

J’ai été l’invitée de Francis Letellier dans l’émission de LCP Audition publique (cliquez sur l’image ci-dessous pour retrouver l’émission) :

 

 
 
 

Agenda

Samedi 19 juin

 

Circonscription :

  • Rendez-vous avec Thierry Rolin, responsable de la permanence du secours catholique de Maisons-Laffitte

   


 

Dimanche 20 juin

 

Dans la presse :

  • Invitée de la soirée électorale sur Europe 1, présentée par Wendy Bouchard

 


 

Lundi 21 juin

 

Assemblée nationale :

  • Séance publique : examen du projet de loi constitutionnel relatif à la protection de l’environnement

   

Dans la presse :

  • Invitée de l’émission Audition publique sur la chaîne LCP

 


 

Mardi 22 juin

 

Assemblée nationale :

  • Rendez-vous avec Sophie Primas, Sénatrice des Yvelines, présidente de la commission des affaires économiques du Sénat
  • Conférence des présidents
  • Réunion du groupe LREM en présence de Jean Castex
  • Séance publique : Vote du projet de loi constitutionnel relatif à la protection de l’environnement

 


 

Mercredi 23 juin

 

Assemblée nationale :

  • Petit-déjeuner de travail avec Eric Dupond-Moretti, garde des sceaux, ministre de la Justice

   

  • Présidence de la commission des lois :
    • audition de Dominique Simonnot, contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL)
    • audition de Laurent Ridel, directeur de l’administration pénitentiaire
  • Bureau de la commission des lois
  • Rendez avec Nicolas Revel, directeur de cabinet du Premier ministre

 


 

Jeudi 24 juin

 

Assemblée nationale :

  • Réunion de la Délégation parlementaire au renseignement
  • Rendez-vous avec Françoise Dumas, présidente de la commission de la Défense

 


 

Vendredi 25 juin

 

Dans la presse :

  • Invitée de Parlement hebdo sur Public Sénat

 

Circonscription :

  • Rendez-vous avec Serge Caseris, maire du Mesnil-le-Roi

 

Assemblée nationale :

  • Réunion autour de Christophe Castaner, président du groupe La République en Marche, sur le projet de loi 4D : déconcentration, décentralisation, différenciation, décomplexification

 

Pour rester informé(e) de l’actualité de Yaël Braun-Pivet, inscrivez-vous ICI.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.