Une semaine marquée par les enjeux sur l’avenir de notre justice

Une semaine marquée par les enjeux relatifs à l’avenir de notre justice

 

Cette semaine, c’est la première partie du projet de loi de finances pour 2018 (c’est à dire tout qui concerne les recettes du budget de l’Etat) qui était au cœur des discussions dans l’hémicycle tandis que le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 était examiné par la commission des affaires sociales.

 

Parallèlement, c’est l’avenir de notre justice qui était au cœur des travaux de la commission des Lois. Nous avons ainsi auditionné Mme Nicole BELLOUBET, garde des sceaux, ministre de la justice, mercredi 18 octobre, en fin de journée. Pendant plus de 2h30, les députés membres de la commission ont pu l’interroger sur sa feuille de route et les « Chantiers de la justice », dont elle a récemment annoncé le lancement. Nous avons ainsi pu évoquer avec elle les projets du Gouvernement s’agissant de la procédure pénale, de la procédure civile et de l’adaptation du réseau des juridictions. Enfin, nous avons également pu aborder la question pénitentiaire et, de manière plus générale, le sens et l’exécution des peines.

 

Notre réflexion n’a pas manqué d’être alimentée par les échanges que j’ai pu avoir, notamment ces derniers jours, avec les acteurs du monde judiciaire. Après avoir assisté aux côtés de la garde des sceaux, vendredi 13 octobre, à l’ouverture du congrès national de l’Union syndicale de magistrats et avoir dialogué, le même jour, avec les avocats du barreau de Versailles, j’ai participé le lendemain à un colloque organisé par l’association des avocats pénalistes. Je me suis également rendue, lundi 16 octobre, au tribunal de grande instance de Créteil, où nous avons passé la journée, avec mes collègues Laëtitia AVIA et Alexandra LOUIS, au contact des magistrats et fonctionnaires de la juridiction. Un déplacement similaire a également été organisé deux jours plus tard, jeudi 19 octobre, au tribunal de grande instance de Bobigny, sur la question plus spécifique de l’accès au droit.

 

Pas de commentaires

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour le moment.