Visite de la prison de Condé sur Sarthe

Des prisons différenciées, de la plus ouverte à la plus sécurisée

Au mois de novembre dernier, j’ai décidé de remettre la question carcérale à l’agenda de la commission des Lois. Dans ce cadre, j’ai beaucoup travaillé sur le développement de centres de détention dits “ouverts”. Mais ces derniers n’ont pas pour objectif de devenir la norme : notre parc carcéral doit être diversifié. Nous avons besoin de différents types de centres, du plus ouvert au plus sécurisé, adaptés au profil des détenus. Dans ce cadre, j’étais jeudi 3 mai au centre pénitentiaire de Condé sur Sarthe, la prison la plus sécurisée de France. Pour bien comprendre ces établissements, il faut les visiter.

La prison de Condé sur Sarthe

Ouverte en 2013, la prison de Condé sur Sarthe est une maison centrale. Elle prend en charge les détenus condamnés à de longues peines et accueille également les détenus les plus difficiles. On y compte 106 détenus, en cellules individuelles, pour environ 200 places. Ces derniers sont maintenus porte fermée dans leur cellule, mais peuvent sortir pour accéder à la cour de promenade, suivre des activités culturelles animées par le SPIP et des bénévoles, ou travailler dans des ateliers (conditionnement de produits, restauration, hygiène). Certains détenus, les plus dangereux, notamment ceux placés à l’isolement, font l’objet d’une gestion équipée (moyens humains et techniques spécifiques, pour éviter tout incident). Le bâtiment est extrêmement sécurisé : miradors, filets anti-hélicoptères, nombreux sas et grilles, 400 caméras de vidéosurveillance. “Une forteresse du 21ème siècle” d’après les mots du directeur de l’établissement.

Ouverture prochaine d’un QER et d’un QPR pour mieux prendre en charge les détenus radicalisés

Un quartier d’évaluation de la radicalisation devrait ouvrir prochainement à Condé sur Sarthe, au sein duquel les détenus pourront être évalués par des équipes pluridisciplinaires pendant une durée de 4 mois avant d’être orientés vers la structure de détention la plus appropriée à leur profil. Les détenus radicalisés évalués comme particulièrement dangereux seront orientés vers le quartier de prise en charge de la radicalisation, un quartier très sécurisé et totalement étanche du reste de la détention. L’ouverture de ces QER et QPR fait suite à l’annonce par le Premier ministre Édouard Philippe, en février dernier, de la création de nouveaux quartiers spécifiques dans plusieurs prisons réparties dans toute la France, pour y accueillir les détenus radicalisés.

Un travail admirable des surveillants

Je tiens à remercier le directeur de l’établissement ainsi que l’ensemble des personnels pénitentiaires, pour cette visite, pour leur accueil, mais aussi pour la qualité de nos échanges, francs et libres.

Après des débuts compliqués, le centre pénitentiaire de Condé sur Sarthe m’a aujourd’hui semblé plus stabilisé. Les conditions du travail des surveillants restent malgré tout difficiles, parfois dangereuses, comme en témoignent tristement de récentes agressions.

Une fois n’est pas coutume, je tiens à saluer leur travail et leur professionnalisme. Malgré ces conditions difficiles, les surveillants de Condé sur Sarthe m’ont montré une nouvelle fois le souci qu’a leur profession de favoriser un climat apaisé et de s’assurer que sécurité ne rime pas avec violence et désocialisation.

 

Pas de commentaires

Désolé, le formulaire de commentaire est fermé pour le moment.